PostHeaderIcon Superstitions et mythes sur le jeu de roulette

La roulette est un jeu de pure chance, mais les joueurs veulent croire qu’il y a certaines choses qui peuvent augmenter leurs chances. En conséquence, les superstitions et les mythes sont apparus de plus en plus autour du jeu de roulette.

Voici quelques-uns d’entre eux :
* Les paris sur les numéros, qui ne sont pas sortis, augmentent les chances de gagner.
Un tel numéro est celui qui n’est pas sorti depuis longtemps. En fait, il n’y a aucune explication logique ou mathématique pour cela. La chance, qu’un tel chiffre devienne gagnant, est la même à n’importe quel autre numéro ;

* Les mises sur la première couleur, qui ait attiré votre attention, quand vous êtes venus à la table de roulette, seront gagnantes.
Celle-ci est aussi une vraie superstition. Cependant, les mises sur une couleur (rouge ou noire) représentent les mises les plus bénéfiques de la roulette – les chances de gagner sont 1:1.

* Parier sur un nombre chanceux garantit une victoire.
N’importe quel nombre, qui a apporté de l’argent au joueur plusieurs fois, devient chanceux pour ce joueur. Mais cela est seulement à cause du hasard.

* Prenant de différentes choses chanceuses comme un fer à cheval, trèfle à quatre feuilles, etc. lorsque le joueur va jouer à la roulette.
Il ne s’agit que d’une croyance mystique.

* Une foi opposée, c’est qu’il y a des choses qui apportent la malchance.
Ces choses pourraient être différentes. Le joueur décide lui-même quel objet lui apporte de chance ou de malchance. Ces choses peuvent être un chat noir qui traverse la route, casser un miroir et bien d’autres, parfois ridicules et absurdes. Donc, si le joueur fait face à un de ces événements au cours de la journée, il ne jouera à la roulette.

* Dire une prière est une bonne chose avant la partie.
Cela est une superstition de plus. Avant de commencer à jouer, certains joueurs prient et prennent quelques objets religieux avec eux. Ils croient que tout cela va les aider à remporter de grands prix.

PostHeaderIcon Deux tricheurs, reconnus coupables, sont libérés

Il y avait un certain émoi dans les nouvelles de roulette, parce que deux hommes, déjà interdits par les casinos à travers le Royaume-Uni, ont été reconnus coupables par un tribunal de Londres d’être entrés illégalement en utilisant de fausses identités et de fraude à la roulette. Les deux individus, d’origine italienne, jouaient en même temps à une table de roulette. Un des deux déconcentrait le croupier lorsque la boule s’arrêtait sur la roue de la roulette, tandis que l’autre changeait les jetons sur le numéro gagnant.

Les deux hommes ont déjà des condamnations pour des infractions similaires aux États-Unis, ainsi qu’en Australie, mais en utilisant des identités falsifiées, ils ont réussi à échapper aux efforts de la police internationale. Alors, ils ont visé encore de nouveaux casinos. La police considère que les deux escrocs font partie d’une organisation criminelle beaucoup plus grande, qui opère à l’échelle mondiale, ciblant des tables de roulette dans les casinos de tout monde.

Les gens qui sont arrêtés et condamnés pour avoir triché dans les jeux de roulette sont rares et une telle nouvelle aurait surpris le monde des casinos. Alors, les deux fraudeurs ont reçu seulement des peines en suspension. Les avocats de ces deux hommes ont plaidé avec succès que, même s’ils avaient été malhonnêtes, ils ont fait tout en raison de leur dépendance au jeu et le juge a convenu qu’il n’y avait pas la preuve du crime organisé.

PostHeaderIcon Jeux gratuits de roulette

PostHeaderIcon Cas célèbres de gagnants de roulette

L’histoire des gains fabuleux à la roulette commence avec le Joseph Jagger, qui, en 1873, a choqué la «communauté» de joueurs de Monte-Carlo, quand il a réussi à «battre» la roulette et à acquérir un gain de 325 000 dollars.
Cette expérience a incité les autres joueurs, qui ont essayé de trouver la meilleure stratégie de jeu. Ainsi, pendant une période de sept ans, entre 1904 et 1911, William Nelson Darnborough a gagné plus d’un demi-million de dollars (en tenant compte de la valeur du dollar dans les années 1900!). Il a prédit avec une grande précision où la balle va tomber. Après la glorieuse victoire de Monte-Carlo, Darnborough s’est arrêté de jouer, il a épousé une jeune femme de haute sang et il a vécu le reste de sa vie dans un magnifique manoir en Angleterre.

Les gains les plus notables ont été fait par Richard Jarecki – qui, en 1971, a « appauvri » les casinos de Monte-Carlo et San Remo avec 1,28 million de dollars et Billy Walters qui a organisé une équipe secrète de joueurs gagnant plus de 3.800.000 dollars.

Mais la plus jolie histoire est celle de l’Eudaemons, un groupe de diplômés en physique qui a été formé en 1970 par Doyne Farmer et Norman Packard. Leur objectif immédiat était de trouver un moyen de combattre la roulette, mais le but était d’utiliser l’argent gagné pour financer des projets scientifiques.
Alors, ils ont acheté une roulette et ils ont commencé à étudier de près le mode de fonctionnement. Puis ils ont trouvé une formule basée sur des fonctions trigonométriques et quatre variables – telles que la période de rotation de la roulette et la période de rotation de la balle autour d’elle.

Étant donnés les calculs très compliqués, ils ont décidé de construire un ordinateur pour stocker les données. L’ordinateur a été conçu pour être facilement caché et il était assez petit pour le tenir dans une chaussure. Pour combattre la roulette deux personnes étaient nécessaires : un observateur et un joueur. Le premier devait observer la balle et appuyer sur un bouton sous le pouce du pied. Ces probabilités ont été soumises à la jambe du celui de la table sous forme de vibrations.

L’amélioration de la technologie a pris plus de deux ans, jusqu’en 1978 quand le groupe est allé à Las Vegas pour « essayer » la chance à la roulette. Le profit moyen était de 44 % pour chaque dollar misé, mais le but du groupe a été atteint: d’abord, ils ont réalisé l’expérimentation et ensuite ils ont obtenu un financement de recherche. L’invention d’Eudaemons a fait l’histoire étant l’objet de l’action du livre de Thomas Basse – « The Eudaemonic Pie », du documentaire d’History Chanel – « Breaking Las Vegas » et, plus récemment, leur schéma de jeu a été la base de l’épisode « No More Bets » de la série CSI.

Toutefois, nous devons nous rappeler ce qu’Albert Einstein disait sur la roulette: la seule façon de battre la roulette est de voler d’argent du croupier!